Interview d’Amandine, chef d’équipe du challenge des bachelors RH

chalenge bachelor RH des écoles vidal

Interview d’Amandine, chef d’équipe du challenge des bachelors RH

Quelles ont été vos premières impressions à la découverte du sujet ?

A la découverte du sujet j’étais enthousiaste et soulagée à la fois, la fidélisation des collaborateurs c’est tellement actuel ! C’est un sujet qu’on avait déjà un peu travaillé avec nos formateurs donc on n’était pas perdus, c’était un peu notre inquiétude quand on nous a parlé des challenges. Mais on est très bien accompagnés, avant, pendant et après le challenge, c’est que du plus !

Qu’avez vous mis en place avec votre groupe pour travailler dans de bonnes conditions ?

Avec mon groupe on a fait en sorte de communiquer simplement et efficacement. On a créé un groupe WhatsApp qui a été très vivant tout au long du challenge et un canal sur Teams qui nous a permis de faire des réunions régulièrement, discuter des blocages et de l’avancement de chacune sur ses tâches.

Quelle a été votre réaction quand l’annonceur a désigné votre équipe ?

On a été fières de voir que notre travail et notre investissement pendant ces 2 mois et demi avaient payés. C’était chouette de se dire qu’on n’avait pas travaillé pour rien et qu’on avait atteint notre objectif. Globalement : fierté et satisfaction !

Quels conseils donneriez-vous aux bachelors de la rentrée prochaine pour remporter le challenge ?

Je pense que le plus important dans le cadre des challenges c’est de coopérer, que tout le monde trouve sa place et puisse s’exprimer. On est tous différents et on a tous des opinions, des idées. Ce qui fait la richesse d’un groupe c’est justement de mutualiser tout ça et d’en faire un projet homogène et qui a du sens.

Que vous a apporté ce challenge  ?

Personnellement ce challenge m’a appris à prendre du recul sur mon travail, surtout quand c’est timé comme dans le cadre d’un projet, c’est un vrai plus pour notre avenir professionnel. Je pense que ça a été l’occasion aussi d’apprendre à collaborer, à s’adapter à des manières de travailler différentes et trouver sa place, son équilibre dans un groupe.

Merci à Amandine pour ce témoignage

Partager cette publication